Mon parcours



Comme tout parcours, il est singulier : 

Titulaire d’un mastère en science criminelle, j’ai d’abord traité l’information comme enquêteur de la gendarmerie. C’est assurément ce qui m’a conduit à en avoir une approche la plus rigoureuse possible. Les enjeux interdisaient l’approximation. Puis dans le cadre de mes recherches universitaires, j’ai regardé à partir de mon expérience les liens qui existaient entre le traitement de l’information et la communication : domaines de l’investigation, de l’action opérationnelle ou de la gestion de crise, le triptyque « traitement de l’information – communication – décision » m’est apparu comme un ensemble qui devait être cohérent. Et naturellement, dans le cadre de mes différentes fonctions d’officier de gendarmerie, le lien s’est établi avec le management des hommes. Mais aussi avec le management des connaissances dont j'ai perçu l'importance en qualité de professeur à l'Ecole des officiers de la gendarmerie nationale. Tout a continué de prendre sens lorsque je suis devenu responsable du bureau emploi-renseignement dans une région de gendarmerie

C’est à cette occasion que j’ai découvert l’intelligence économique. En 2005, au moment où une forte impulsion étatique a porté la matière, j’ai créé avec la CCI de Rouen le Club des bonnes pratiques en Intelligence économique de Haute-Normandie, sur le berceau duquel le préfet Pautrat et son Institut d’études et de recherches pour la sécurité des entreprises s’étaient penchés.

Je le rejoignais en 2009. Il devenait l’année suivante le département sécurité économique de l’Institut national des hautes de la sécurité et de la justice.

C’est ainsi que j’y ai exercé une mission de formation au profit d’auditeurs du public comme du privé. Ceci sur la base de cette synthèse entre traitement de l’information dans un cadre institutionnel et adaptation au monde de l’entreprise. Là encore, j’ai vu toute la dimension managériale de l’intelligence économique, souhaitée par tous les convaincus de l’IE dont les auditeurs de l’INHESJ, mais hélas rarement prise en compte.

Ce poste m’a donné l’occasion de créer pour le compte de l’INHESJ le titre I d’expert en protection des entreprises et en intelligence économique, de formater le programme de conférenciers en sécurité économique EUCLES et de former les managers en sécurité privée.

Mes domaines de prédilection sont ainsi :

  • le traitement de l'information (on l'aura compris !) 
  • le lien avec la décision
  • les biais cognitifs dont la compréhension immunise quelque peu contre les erreurs de perception et d'appréciation
  • le management des hommes et des connaissances
  • la démarche systémique qui permet de mieux appréhender la complexité,
  • l'ensemble agrémenté d'une touche d'analyse transactionnelle qui offre une grille de lecture des relations humaines et organisationnelles tout à fait éclairante
  • et bien sûr les questions de sécurité, qu'elles concernent le secteur public ou le secteur privé (où l'on parle de sûreté). 
Ce sont ces sujets que l'on retrouvera au fil de l'eau traités dans ce blog.

Publication :

- L’intelligence économique en entreprise. Boîte à outils ou mode de management ? in "Les Cahiers de la Sécurité" n° 25 - 2013 - La Documentation française


Thierry Raimbault - Conseil et Formation
thierry.raimbault@francemel.fr