vendredi 26 juin 2015

L'arroseur arrosé : lorsque les US sont victime d'espionnage économique

 
Les hasards de l'actualité ont parfois une saveur qu'il faut savoir goûter. Il est d'ailleurs étonnant que personne - me semble-t-il – n’ait mis en parallèle les dernières « révélations » de WikiLeaks (qui pour l’essentiel étaient d’ailleurs déjà connues) avec cette affaire dont les Etats-Unis ont été victimes :
Le 19 mai, le FBI s’est fendu d’un communiqué officiel rapportant l'arrestation du professeur Hao Zhang, de l'Université de Tianjin (RPC) à son arrivée sur le sol américain le 16 mai 2015 à Los Angeles (5 autres ressortissants chinois restés au pays ont fait l'objet d’un mandat d'arrêt international). Le communiqué du FBI est consultable ici (en anglais).
Vous apprécierez au passage la manière dont l'Oncle Sam aborde la présomption d'innocence. Ce communiqué de presse – comportant les habituels liens Facebook, Tweeter ... en haut de page fait directement référence à l'acte d'accusation, cité dans ses moindres détails! Il ne manque que le "Like". En ajoutant à l'icône représentant un pouce en l'air, une autre représentant un pouce non en bas : on pourrait, à la César, demander au peuple des lecteurs en ligne de se prononcer directement sur la culpabilité. Gain de temps, efficacité et justice populaire, Qui dit mieux?
L'affaire :
Redevenons sérieux, des entreprises américaines de la Silicon Valley (principalement les Sociétés Avago et Skyworks oeuvrant entre autres dans le domaine des fréquences utilisées par les téléphones cellulaires cryptés) ont été manifestement victimes d'actes d'espionnage de la part de la Chine sur des projets tout de même financés par la DARPA ! Un premier enseignement : lorsqu'on travaille sur un projet de ce niveau, l'intégration de scientifiques chinois reste tout de même étonnante ! Une manière de tenter le Diable ... Enfin, Ce n’est qu'une expression. On dit qu'en France, on est souvent naïf. Mais parfois, se comparer rassure...
L'affaire a scandalisé nos amis américains : comme l’indique le communiqué, je cite, "L'espionnage économique représente un coût important pour les entreprises américaines, affaiblit le marché mondial et nuit en fin de compte aux intérêts partout dans le monde ". On ne peut qu'être d'accord avec ça !
J'expliquais dans l’article précédent pourquoi la copie pour les chinois était culturelle. Ceci ne justifiait bien évidemment pas l'espionnage économique, et pour cause : Aux États-Unis, M. Zhang encoure 15 ans de prison et 500.000 $ d'amende ! Par parenthèse, les documents dérobés étaient protégés par le "confidentiel entreprise", permettant de constituer l'infraction. Ce que le législateur français a refusé à nos entreprises, sous la pression de la presse nationale, craignant une atteinte au droit à l’information. Comme si le « confidentiel défense » avait jamais empêché de publier des informations couvertes par cette classification !
Revenons aux Américains: ils ont raison de s'offusquer de pareilles pratiques. Mais alors, pourquoi procèdent-t-ils de la même manière à notre détriment (1).
On peut risquer quelques réponses:
  1. En France, ils ne risquent pas 15 ans de prison ni un 1/2 millions d'euros d'amende.
  2. De toute façon, le confidentiel entreprise n’existe pas (et rend donc la démonstration de la preuve infiniment plus difficile)
  3. Il y a peu de chances qu’ils soient arrêtés à Roissy CDG
    (on imagine la réaction diplomatique !).
  4. Enfin, ils peuvent compter ici sur la présomption d'innocence (et ça, c’est plutôt quand même pas mal).
Alors? "Ben Y a pas de raison que ça cesse ! Welcome in France".
Pour équilibrer l'article, pensons aussi à nos amis chinois : plus d’un million d'étudiants chinois étudient à l'étranger – environ 30.000 en France, qui se situe parmi les destinations les plus prisées (chiffres 2010) – 2000 chercheurs des deux pays collaborent au sein de 300 laboratoires et d'une trentaine d’établissements de recherche franco-chinois (chiffres 2015). Il y a sans doute quelques professeurs "Hao Zhang" parmi eux...
(1) (Julien Assange parlant même hier sur TF1 de destruction d'emplois en France - il a peut-être une arrière-pensée ... ).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire